Une prison n’est pas un endroit pour les rats

Le respect des droits de l’homme commence par l’entretien de son environnement immédiat. Quand les rats et les hommes cohabitent, la question des droits de l’homme est soulevée d’office.

Une prison n'est pas un endroit pour les rats

Une prison n’est pas un endroit pour les rats

Sonnette d’alarme
Le contrôleur général de prison, Jean-Marie Delarue dénonce un non-respect des droits de l’homme dans la prison de Baumettes à Marseille. Non seulement les personnes détenues dans cet établissement sont en surnombre, mais l’hygiène y est aussi absente. C’est la galère au quotidien pour les détenus. Et la présence des rats ne vient pas arranger les choses. Ces conditions de vie sont qualifiées par Jean-Marie Delarue d’indignes pour un être humain. Les lieux sont également en très mauvais état. Jean-Marie Delarue a tiré ces conclusions à partir des rapports établis par une vingtaine de contrôleurs, après des visites effectuées du 8 au 19 octobre dans la prison de Baumettes.

Cohabitation malsaine
Deux cellules de cette prison n’ont ni lumière ni chasse d’eau. Les insectes envahissent le réfrigérateur. Des saletés s’éparpillent sur le sol et les murs. Dans d’autres endroits de la prison, seules trois ou cinq douches fonctionnent. Pourtant, la prison en compte dix. Les rats côtoient les détenus depuis deux ans de jour comme de nuit. Des aménagements s’imposent pour la prison de Baumettes. Une dotation en équipement sanitaire est devenue plus que nécessaire. Si le contrôleur général de prison, Jean-Marie Delarue évoque les droits de l’homme, c’est que les prisonniers et détenus restent des individus à part entière, quelles que soient leurs fautes. Comme d’autres citoyens français, ils ont besoin de vivre dans un endroit propre. Comme d’autres citoyens français, ils ne doivent pas côtoyer des animaux vecteurs de maladie, comme le rat.

Solution d’urgence
En attendant les grands aménagements, des mesures simples, mais nécessaires peuvent être prises. L’utilisation d’un appareil permettant de chasser les rats est à conseiller. Repulsif.fr propose une solution qui concilie la non-violence avec la protection des droits de l’homme. L’on n’est plus obligé de courir après les rats pour les tuer ou leur faire peur. Ils vont quitter les lieux de leur plein gré. La cohabitation entre détenus et rongeurs nuisibles est ainsi résolue. Il s’agit d’un dispositif émettant des sons de très haute fréquence. À part les fréquences, les sons sont aussi de très haute intensité. Les ultrasons perturbent le système de détection de danger des rats. Vivant en permanence sur le qui-vive, les rats sont obligés de déménager pour avoir plus de quiétude.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :